logo caegadv lien pour l'accueil

 

 

 

 

PSYCHO-PÉDAGOGIE SPÉCIALISÉE

SYNTHESE DE LA SÉANCE DU 22/03/02

LES POINTS D'ANCRAGE DE L'ACTION PÉDAGOGIQUE EN MILIEU SPÉCIALISÉ

 

 

Les élèves, eux-mêmes, leurs capacités physiologiques (déficience), les niveaux hétérogènes de vision, les conséquences des lésions organiques sur le développement psychologique (système de "blocage"):

Lésion organique met en évidence une perception limitée de la réalité et difficultés de communication, conflits d'interaction avec réactions d'insécurité, comportements atypiques, comportements d'alerte.

Conflits psychologiques avec conséquences: sentiment d'infériorité, image de soi pessimiste, conception de soi destructrice, hypersensibilité émotionnelle négative.

Expériences blessantes de la petite enfance: risque de barrière psychosomatiques avec blocage du développement positif de la personnalité.

Comportements discriminatoires, critiques stigmatisantes, préjugés de l'environnement.

Confrontation à ses limites + problèmes de puberté + recherche d'identité (double position d'appartenance au groupe des voyants et des non-voyants).

Recours à des moyens de substitution provoque de lourdes charges émotionnelles.

Fatigabilité.

Construire son autonomie:

Synonymes: indépendance, liberté...

-Autonomie affective (dépendance familiale, oser sortir des cocons successifs de l'éducation spécialisée),

-sociale (vivre et être reconnu dans un groupe, oser apprendre à jouer aux cartes, se lancer dans des sports),

-par rapport aux savoirs (écrit, oral, accessibilité des sources),

-physique: se déplacer, vivre avec le minimum d'assistance, savoir choisir et utiliser à dessein les outils palliatifs

Passe par une éducation qui prenne en compte:

-satisfaction des besoins de temps,

-maîtrise de l'espace,

-maîtrise des moyens de communication.

Site de Pierre Griffon pour sa biblio (pro.wanadoo.fr/pierre.griffon/index.html)

Le devoir pour l'élève, de travailler:

Son travail a un sens, de la valeur, les informations sur ce travail doivent être systématiquement communiquées aux autres professionnels: outils essentiel, le cahier de textes qui permet aux éducateurs de savoir très précisément ce qui a été réalisé, au jour le jour. Tout comme les éducateurs ont un carnet de liaison, qui , a priori , fournit un bref CR des activités...

Son travail s'inscrit également dans une préparation pédogogique spécifique: toute séquence est préparée et s'inscrit dans un continuum éducatif que les manuels scolaires décrivent généralement assez bien. On ne réinvente pas systématiquement les progressions et programmations pédagogiques. Se fier au travail réalisé par d'autres et l'adopter.

Il est bien sûr, évalué, en fonction de critères objectifs et connus des élèves et du professeur. (Ex de l'évaluation positive de la dictée)

Les contrôles et évaluations des savoirs, par l'enseignant et par l'établissement:

Dans une perspective de transmission de ces informations à l'élève, mais également aux autres professionnels qui gravitent autour de lui et interviennent dans son éducation.

C'est une contribution importante au projet individuel de l'élève.

C'est un ensemble d'informations que les professionnels sont tenus de communiquer aux parents.

Le droit à des enseignements adaptés aux cas individuels:

Chaque élève est différent des autres. La mise de l'enfant au coeur du système éducatif affirme avec force cette donnée. La pédagogie différenciée constitue un outil intéressant, par ses alternances de travail en grands groupes, petits groupes ou travail individuel, elle permet qu'une classe puisse exister en tant qu'organisme vivant, et qu'en son sein, puissent se détacher, à des moments donnés des expressions singulières ou des temps particuliers de travail et d'apport éducatif.

C'est la modalité pédagogique qui permet, le mieux de distinguer, les différents rôles de l'enseignant.

Il est incitateur en créant des situations de découvertes, il est organisateur en permettant aux enfants de classer, d'ordonner des découvertes qui se stucturent comme des notions en construction.

Il est "enseigneur", enseignant lorsqu'il apporte des savoirs extérieurs, les rend accessibles et les ordonne, quand il permet aux élèves de passer de l'expérience singulière à la généralisation.

On reconnaît là les grands temps de la pédagogie d'éveil: découverte, validation/structuration et réinvestissement.

L'accès aux images:

Problème majeur, qui met en évidence la nécessité d'adapter le document initial. (DER ou description)

Traduction / trahison: conserver en tête cet élément.

Même la description est déjà une interprétation parce que choix d'éléments subjectifs.

Problème crucial sur Internet où le meilleur des logiciels n'apporte pas encore de réponses satisfaisantes.

Les lieux d'enseignement:

Ordre, méthode, organisation, 1classe = 1 outil silencieux d'enseignement, premier lieu d'apprentissage de la prise de repères sensoriels.

Les contraintes de programmes, (annexe XXIV):

Voir nouveaux programmes du primaire qui mettent en relief l'éducation sensorielle dès la maternelle (educ.gouv.fr), BO spé. N°1, du 14 février 2002, en PDF et html.

Mater: le langage au coeur des apprentissages, vivre ensemble, agir et s'exprimer avec son corps, découvrir le monde, développer la sensibilité, l'imagination, la création.

Cycle apprentissages fondamentaux: maîtrise du langage et de la langue fr., vivre ensemble, math., découvrir le monde, langues étrangères ou régionales, éducation artistiques, EPS.

Cycle approfondissements: maîtrise du langage et de la langue fr., E.Civique, littérature (dire, lire, écrire), observation réfléchie de la langue fr. (ortho., gramm., Conj., vocab.), langues étrangères ou régionales, histoire, géographie, math., sc.ex. et techno., E.artistique, EPS.

Programmes du collège et du lycée: voir programmes actualisés par classe et par disipline sur site, téléchargeables en PDF: cndp.fr/college/infos_off/accueil.htm

Éducation sensorielle:

Le corps comme outilpremier d'apprentissage (+++)

Développer les différentes mémoires:

- auditive

- kynesthésique (s'exercer, agir, toucher, ressentir, énoncer, nommer)

- et bien sûre visuelle (restes visuels à conforter)

- attention, ce n'est pas la succession, l'addition de ces "mémoires" qui crée la construction de la représentation mentale, mais leur intéraction.

- importance de léducation à la communication orale tout au long du cursus scolaire.

La construction de repères:

Tout acte quotidien est pour l'enseignant l'occasion de permettre à l'élève de construire des repères:

- physiques et matériels, dans les lieux d'éducation et d'enseignement (ordre, rangements explicites, affichages commentés, points de repères non modifiables sur cartes ou étiquettes mobiles); puis repères géographiques par l'expérience puis la transposition;

- domaines des apprentissages: liés à la recherche de documentation annexe (apprendre à rechercher, à se repérer dans un répertoire, un fichier, sur un site, donc participer, très tôt, à la composition de répertoires individuels et collectifs);

- affectifs (adulte référent: prof principal, éducateur référent, positionnement des diverses personnes de la hiérarchie de l'établissement ou du service);

- sociaux: interactions élève/groupe, adulte/enfant, les règles d'usage et de vie en commun.

Le projet d'établissement:

Travailler au sein d'une équipe= relation fondée sur la complémentarité. Maintenir la communication en permanence et non seulement en situations conflictuelles.

- mieux connaître les autres métiers

- notions de projets contractualisés: individuel (avec enfants et famille), d'équipe (professionnels autour d'un groupe d'enfants ou d'adolescents), d'établissement,

- définir des objectifs d'action qui prennent en compte les besoins repérés, l'adéquation entre capacités (limites) et désirs, prendre conscience des capacités et des limites.

Vision (degré de DV):

Cécité et mal-voyances / Acuité et champ visuel / Vue et vision fonctionnelle : gêne visuelle

MV congénitaux: PC précoce, attitude parentale (dénégation, dépression, réaction), patrimoine visuel et développement cognitif, traits spécifiques (verbalisme, attitude posturale raide, surmenage ou repli).

MV secondaires: précocité des apprentissages de base, âge critique: cf lecture ou écriture: milieu ou fin de l'ado d'où braille vitesse supérieur si apprentissage dans l'enfance, modalités de la survenance de la DV : accident, progressive...

Cécité:

congénitale: développer l'appétence et efficience perceptive, compensation pluri-sensorielle (agir, toucher, entendre, sentir, se repérer dans l'espace et associer des rétro réactions PC intensive et précoce en psychomotricité pour mettre en place schèmes sensori-moteurs et développer sa pensée opératoire puis symbolique.

Secondaire: travail du deuil, modalités adaptatives différents: percevoir= mobiliser un ensemble de stratégies, d'actions, de rétro réactions qui aboutissent à la définition d'un percept (différent de sommations d'infos sensorielles)

Pluri-handicaps: multiplie les difficultés.

Communication: capacité à communiquer et outils personnels:

 

Le concept d'apprentissage social (Roswitt Strittmater, école de Waldkirch):

- lésions organique des DV et conflits psy. (cf. supra)

- démarche de développemnt de compétences individuelles et sociales, aptitudes relationnelles, construction d'une conception de soi positive, acceptation de soi, confaiance en soi et à l'autonomie

- méthodes de l'apprentissage social: discussions, jeux, jeux de rôles, mimes, événements, manifestations en coopération avec partenaires scolaires et extra scolaires.

Accès à l'écrit (à la langue):

Etre à l'aise dans la communication orale.

Besoin de l'approche tactile de la lecture.

Comprendre la nécessité et le fonctionnement de la langue écrite.

Maîtrise de la combinatoire (sur correspondances grapho-phonémiques)

Recoonaître les signes braille en travaillant les signes souvent confondus (f/h/j; p/v; i/e).

Se repérer dans le document à lire (couper un coin, position des doigts, dont index oblique, position du corps, position des mains).

Mouvements manuels: n'ont pas la perception de la taille ce qu'ils lisent, mouvements saccadés, sautent une ligne, prendre le temps de regarder les mouvements des enfants.

Réfléchir: travailler sur des unités de sens, s'appuyer sur un embryon de contexte.

Associer lire et écrire (dictée à l'adulte pour que l'enfant puisse quand même s'exprimer par écrit quand il ne connaît pas tous les graphèmes en braille.)

Prendre le temps nécessaire à chacun des enfants (individualiser)

Biblio: Nathalie LEWI-DUMONT (L'apprentissage de la lecture chez les aveugles: difficultés et évolution des compétences, voir sur www.septentrion.com/theses/catalogue/SC552.httml)

La surcharge quotidienne dûe au handicap:

Quotidien scolaire exige une motivation constante pour apprendre, une grande concentration, attitude adéquate face au travail, comportement social adapté.

Etre à la hauteur de telles exigences suppose un équilibre intérieur et la volonté de travailler.

Attention cependant au risque de "tension intérieure" si trop si l'enfant est trop sollicité.

Les rendre capables de supporter ces contraintes, de les accepter et finalement les dépasser par considération du "moi", découvertes et confirmations de compétences individuelles: on crée des ressources solides.

retour à l'accueil